La méditation pour booster attention et mémorisation

La méditation est une pratique spirituelle qu’on associe souvent à la recherche de bien-être ou de sens à notre existence. Nous sommes de plus en plus nombreux à reconnaître les bienfaits de la méditation en matière de bien-être, et à l’intégrer dans nos vies quotidiennes.

Beaucoup d’entre nous ignorent cependant que plusieurs études ont démontré qu’elle a également un impact très positif sur notre cerveau dans ses fonctions cognitives.

 



Le chercheur Michael Postner, de l’université d’Oregon,  a mené une étude auprès d’étudiants n’ayant jamais médité avant l’expérience. Il les a entraînés à une méthode de méditation (l’IBMT : integrative body-mind training), et a montré qu’après seulement deux semaines de méditation, la densité axonale augmente, ce qui signifie une augmentation des connexions entre les neurones. Après quatre semaines, une augmentation de la myélinisation est observée dans certaines zones du cerveau. La myéline est l’élément dominant de la couche protectrice des neurones qui facilite la propagation de l’influx nerveux.

Le chercheur Fadel Zeitan, de l’université de Wake Forest, a démontré qu’en pratiquant seulement 20 minutes de méditation par jour, pendant 4 jours, on observe déjà une amélioration de la mémoire, de la vigilance et de l’attention visuelle. A noter cependant que ces améliorations s’estompent avec le temps, si la pratique est ensuite interrompue.

D’autres études montrent qu’une pratique régulière modifie la structure même de plusieurs zones cérébrales, avec d’importants bénéfices sur les capacités attentionnelles. Et ce n’est pas tout :

-          au bout de huit semaines, on constate une augmentation de la substance grise dans l’hippocampe, dont le rôle est notamment lié à l’apprentissage et à la mémorisation

-          que la mémoire de travail – ou l’aptitude à jongler entre plusieurs informations à court-terme – est améliorée par la pratique de la méditation, et qu’un méditant se reconcentre beaucoup plus facilement sur une tâche après avoir été interrompu

-          -qu’en méditant, on améliore également ses relations avec autrui, en renforçant les comportements prosociaux

La photolecture, troisième étape de la méthode de lecture que j’enseigne, nous amène à la production d’ondes électriques d’amplitude Thêta, produites également lorsqu'on est en méditation profonde. Aucune étude ne prouve que photolire permet de bénéficier de tous les bienfaits de la méditation cités ci-dessous, mais il y a fort à parier que ce soit le cas pour certains d’entre eux.

Pour ma part, j’utilise très fréquemment la photolecture de livres comme support de méditation.

Sources : Les Cahiers du Monde de l’Intelligence n°1 août-septembre-octobre 2013; Le Monde de l’Intelligence n°32, septembre-octobre 2013 ; Votre Cerveau en 100 Questions insolites, hors-série SCIENCES du National Géographique ; Le Cerveau Attentif, Jean-Philippe Lachaux, éditions odile Jacob, 2011.

 

 Imprimer  E-mail

Changez vos méthodes de lecture, adoptez le PhotoReading®

Contact

PhotoReading
Anne-Aël Gombert
Square Rubens
223 rue de Nantes
35 200 Rennes
+33 6 77 71 67 65
anne-ael[at]photoreading-photolecture.com

Copyright photoreading 2013 - tous droits réservés
« PhotoReading
® » est une marque déposée par Learning Strategies Corporation.
Vous cherchez un cours dans un autre pays ?  cliquez ici ou contactez-nous pour des formations en français ou espagnol, partout dans le monde

Accès réservé